Le style vintage en cinq meubles

Le vintage ou le rétro, quel que soit le nom qu’on lui donne, est une tendance forte en décoration depuis quelques années. Focus sur ce style au travers de quelques meubles emblématiques.
Par La Rédac'
fauteuil vintage aspect cuir avec accoudoir Achatdesign

Vintage, vous avez dit vintage ?

En décoration comme en mode, le mot « vintage » fait référence à des objets ou des vêtements des années passées et signés d’un designer ou d’un créateur de renom. Pour ce qui est du mobilier, le style vintage concerne majoritairement les années 50 à 70. Pour des pièces plus anciennes, on parlera plutôt d’antiquités. Mais attention à ne pas confondre vintage et style vintage. Pour être vintage, un meuble doit être ancien et signé. Une réédition ou, plus encore, une copie sera de style vintage mais n’aura pas la même valeur qu’un meuble d’époque. De plus, pièces uniques et éditions limitées, ou celles à plus ou moins grand tirage, ne sont pas au même prix.

Les Trente Glorieuses ou le renouveau du mobilier

Les Trente Glorieuses (de 1945 à 1974), avec la fin de la crise du pétrole et le développement industriel, ont vu exploser le design. Les modes de vie ont changé et l’habitat aussi. Les matériaux comme le plastique sont apparus. Les meubles sont devenus pratiques (modulables, empilables, escamotables…), peu encombrants et confortables. Ils se sont démocratisés grâce à la fabrication en série. Des liens se sont créés entre créateurs et diffuseurs : Alain Richard chez Meubles TV, Pierre Paulin chez Thonet ou Artifort, Michel Ducaroy chez Roset ou Hans Hopfer chez Roche Bobois… Des grands noms du design s’imposent dans le monde : Knoll International et Herman Miller aux Etats Unis, Arne Jacobsen en Scandinavie, Giancarlo Piretti en Italie, Jean Prouvé et Charlotte Perriand en France…

En termes de formes, tout est permis. Un bureau se réduit à deux tréteaux et un plateau. Une chaise s’arme de fibre de verre et simule une coccinelle. Une chauffeuse se fait en plastique gonflable. Le canapé s’abaisse au ras du sol. Comme si tout avait été inventé à cette époque…

La table à manger

La table à manger vintage par excellence est rectangulaire et de bonne dimension. Elle est en bois, avec plateau aux arêtes brutes ou, au contraire, aux bords adoucis. Les pieds sont fins, volontiers de forme compas, souvent droits mais parfois ils s’évasent parfois sur les côtés. Autre table à manger vedette : la table ronde ou ovale, en bois ou en marbre, avec pied central.

Les références : la table rectangulaire avec plateau d’ébène et pieds en nickel de Jeff Stern ; la table Plank réédition 1950 marque Ercol, caractérisée par un épais plateau en bois massif fait de deux parties, et d’une fine structure en acier couleur « canon de fusil ». La table Tulipe d’Eera Saarinen éditée par Knoll.

L’enfilade

Une enfilade est un buffet tout en longueur (il est composé d’au moins trois éléments) surélevé sur des pieds fins et plus ou moins hauts. Ceux-ci sont resserrés par rapport aux angles, ce qui apporte une certaine grâce à l’ensemble. L’enfilade peut être dotée de portes battantes, coulissantes ou à abattants. Certaines sont équipées de tiroirs à couverts, par exemple.

La référence : L’enfilade de Poul Kjaerholm, chef de file de la création danoise des années 50.

Les chaises

Les chaises vintage ont pour point commun une ergonomie étudiée. Elles épousent bien la forme du dos, ont souvent une assise incurvée ou rembourrée en textile ou simili cuir. Le teck, le palissandre mais aussi la fibre de verre sont à l’honneur.

Les références : La chaise Fourmi signée Arne Jacobsen pour Fritz Hansen. La chaise DSW de Charles & Ray Eames.

Les lampes

Les lampes de bureau vintage s’articulent jusqu’à reproduire exactement le mécanisme du bras humain. Les suspensions jouent avec les formes rondes, multi cylindriques ou multi sphériques. Les lampadaires sont gracieux, dotés d’un pied tout fin et d’une petite tête.

Les références : La lampe à poser Pipistrello pour Martinelli Luce ; la lampe Jieldé, en lampe à poser, applique ou lampadaire.

Les fauteuils

Avec l’arrivée de la télévision dans le salon, le fauteuil mise sur l’ergonomie et le confort. On ne s’assoit plus le dos raide mais on se décontracte dans des sièges mous et doux. Certains offrent une suspension très agréable lors de l’assise. D’autres multiplient les bourrelets et capitons. Comme pour les tables, les fauteuils des années 50 et 60 aiment les pieds fins de forme compas, qui donnent de la légèreté au meuble. La chaise longue, dans laquelle on s’allonge, se démocratise.

Les références : la Lounge Chair Charles & Ray Eames ; le fauteuil Mushroom de Pierre Paulin.

LE BON SHOPPING

table milea noyer Laurie Lumière

Table en noyer – Laurie Lumière – 235€

lampadaire kenza gris Laurie Lumière

Lampadaire – Laurie Lumière – 59,50€

housse de couette botanique Monteleone

Housse de couette – Montelone – 84€

canape bleu vert blanc tousalon

Canapé – Tousalon – prix sur devis

table basse bois et metal pisco Keria

Table basse – Keria – 119,40 €

lampe minipipistrello noir Laurie Lumière

Lampe – Laurie Lumière – 509€

 

Publié le