Rencontre avec Anne Guilmard, make up artist

Par BlogLaurieConseil
Anne Guilmard, Make Up artist, travaille avec la lumière naturelle

Depuis plusieurs années, Anne Guilmard maquille grandes actrices et mannequins et travaille avec des photographes prestigieux. Shooting mode, pub, défilés, plateaux télé, théâtre, la make up artist exerce son talent dans tous ces domaines sans se cloisonner. Sensible à la sculpture, la peinture, les voyages, elle aime rendre les femmes plus belles.

Quel rôle joue l’éclairage dans votre métier ?

A.G.- L’éclairage est un élément capital. Tout part de la lumière. Selon le type de lumière, artificielle ou naturelle, le type de travail – studio, télé, théâtre- le maquillage devra s’adapter à la situation, à la lumière ambiante et à l’effet recherché. Sur un studio photo par exemple, je ne fais pas confiance à l’éclairage cabine, je me rends sur le studio pour tester le maquillage in situ en fonction de la lumière choisie par le photographe. J’ai commencé avec des photographes qui utilisaient l‘argentique, c’est une école exigeante pour apprendre à travailler le maquillage en fonction de la lumière. Avec l’argentique, pas de retouche possible, le maquillage doit être subtil, on ne peut pas effacer ou gommer les erreurs après coup, le visage est comme une palette, une sculpture.

Quels conseils donneriez-vous aux femmes pour réussir leur maquillage ?

A.G.- Mon premier conseil est de privilégier au maximum la lumière du jour. Car on voit tout de suite où il faut poser les ombres et quelle juste dose appliquer. Lorsque je maquille les femmes, j’interviens à la lumière naturelle, puis je leur demande de garder un petit miroir à la main et de se diriger dans une pièce éclairée artificiellement. Résultat : dans une pièce plus sombre le maquillage fonce. C’est un écueil que l’on retrouve dans de nombreux magasins de cosmétiques proposant des éclairages souvent inadaptés et manquant de lumière naturelle.
Autre conseil, dans la salle de bains proscrivez absolument une seule applique au dessus du miroir, l’éclairage diffusé crée des ombres et creuse les cernes. Pour contourner ces effets, les femmes ont tendance à surajouter de l’anti-cerne ; une fois à l’extérieur les rides s’en trouvent accentuées et le contour de l’œil asséché.

Une astuce maquillage à nous dévoiler ?

A.G.- Depuis 2 ou 3 ans je travaille différemment. Je maquille toujours la base, le teint, mais ensuite je me concentre désormais sur la bouche puis le regard. Cela permet un maquillage plus subtil et un dosage plus approprié selon l’effet recherché.

Publié le