Mad men dans mon salon !

Il n’est pas question ici d’accueillir l’un des publicitaires de Madison Avenue chez soi (malheureusement…), mais de s’inspirer de l’incroyable esthétique de cette série culte. Mad men, ou toute la culture déco des années 1960 entre couleurs sourdes, mobilier en noyer et accessoires d’une Amérique en pleine ascension. C’est parti pour le décodage !
Par La Rédac'
mad menV2

Mad Men, l’esthétique années 60 des hommes de pub

Mad men, ce sont les hommes de Madison Avenue dans les années 60. La série tire en effet son nom de la célèbre avenue du cœur de Manhattan, qui fut le berceau des premières agences de publicités new-yorkaises. L’action se déroule en partie dans L’agence Sterling Cooper Advertising, ou Don Drapper officie en tant que directeur de création. Cynique et ambitieux, il incarne une certaine Amérique, celle du Rêve Américain, des prémices du marketing et de la société de consommation.

Déco glamour au masculin

Séducteurs, les Mad Men pratiquent un métier considéré comme glamour dans les années 60. Ils ont un sens de l’esthétisme qui leur font apprécier les belles femmes autant que les belles choses ! Les décors intérieurs sont à leur image : ambiances masculines raffinées, salons cosy et accueillants, mobilier design typique, et, -incontournable-, le canapé confortable et profond dans lequel le personnage principal semble dominer le monde ! Tout un programme…

Les harmonies de couleurs d’un salon d’esprit Man Men

Pour recréer cette tonalité tout à fait particulière, on pioche dans les couleurs emblématiques des années 60, mais en travaillant sur des harmonies ou des camaïeux « virils » ! Une gamme de teintes foncées, mates et sourdes, c’est-à-dire profondes et peu éclatantes.
On utilisera des beiges foncés avec les teintes camel ou havane, les bordeaux lie-de-vin, les bleus canard, les verts foncés et kaki, et enfin les jaunes moutarde.
Le métal clinque parfois avec le cuivre, et l’écossais triomphe, mais sans excès : sur un pan de mur seulement !

Meubles et accessoires retro chic

Les années 60 voient l’avènement des grands noms du design dont les modèles iconiques sont aujourd’hui réédités : Charles et Ray Eames, Arne Jacobsen, Werner Panton ou Le Corbusier.

  • Place à des fauteuils au design enveloppant grâce aux nouvelles techniques de moulage.
  • Le bois, le cuir noir et l’aluminium font bon ménage.
  • Le mobilier en général affiche des lignes basses et fuselées avec des pieds fins ou compas.
  • Et le meuble roi est le petit meuble bar, avec son intérieur pivotant, qui permet d’assurer des réceptions chics et parfaites !
  • Enfin, le must pour installer ce style retro chic sans fausse note, reste le placage noyer pour le mobilier. Ce bois possède une belle couleur rousse, est à la fois solide et raffiné, masculin et féminin.

En 2015 le style Mad Men…

Révèle sa touche scandinave pour être réussi. C’est un style dont il s’inspire directement, notamment avec un meuble phare : l’enfilade scandinave, ce long buffet bas qui trône dans la salle à manger.
On conserve donc les lignes typiques du mobilier des années 60 mais déclinées dans des essences de bois plus claires, donc plus fraîches, comme le chêne ou le hêtre clair. Et les touches de couleurs sont plus éclatantes pour rehausser l’ensemble du décor : du rouge carmin, du vert céladon, du bleu ciel. Un style rétro totalement rafraîchi !

Le style Mad men, In ou Out ?

Plus que jamais In dans sa version scandinave ! Car il mixe des meubles familiers et rassurants à des teintes actuelles et pastel. A mi-chemin entre la gaieté des années 60 et l’épure des décors du Nord, c’est un style idéal pour un salon accueillant et familial.

LE BON SHOPPING

lampe-zina-dore-chocolat

Lampe métal – Laurie Lumière – 219€

suspension-metal-chocolat-maya

Suspension métal – Keria – 19,90€

fauteuil-louna-blanc

Fauteuil blanc – Laurie Lumière – 299€

decoration-murale-glossy

Décoration murale – Keria – 75€

coussin-garni-falbala-anis

Coussin anis – Monteleone – 24€

bout-de-canape-milea-noyer

Table en noyer – Laurie Lumière – 235€

 

Publié le