Luminaires mis en cage

Faits de fils de métal joliment travaillés, les nouveaux luminaires, légers et aériens, ont le vent en poupe. Pourquoi nous plaisent-ils ? Comment les choisir ? Suivez nos conseils !
Par La Rédac'
luminaires noirs design achat design

La fin de l’abat-jour ?

Longtemps les lampes à poser comme les suspensions n’ont pu se passer d’abat-jour. Ceux-ci, majoritairement en tissu, avaient pour fonction de tamiser la lumière avec élégance. Seulement voilà, les abat-jour à l’ancienne ont fait long feu. Et à moins de vouloir créer une ambiance classique, ils n’ont plus vraiment droit de cité dans nos intérieurs sous peine d’être taxés de has-been.

De l’abat-jour à la lampe ajourée

Aujourd’hui, dans les intérieurs contemporains, pied de lampe et abat-jour ne font plus qu’un. Quant aux suspensions, elles ne font plus que très rarement appel au textile. Désormais, elles sont faites de papier, d’osier ou de métal, le plus souvent. Vive les suspensions en forme de cloche, parfaites pour un intérieur industriel! Mais on les aime moins dans une maison design, où la légèreté est de mise.

C’est alors que sont apparus ces nouveaux luminaires faits de fil de métal, tous légers à l’œil comme dans la main. Au commencement, ils ont pris la forme de boules de fil de fer. Leur faible poids a autorisé de grandes dimensions, voire des tailles surdimensionnées. Le concept de ces lampes ajourées et pleines de finesse a immédiatement séduit. Il s’est aussitôt décliné en d’autres matériaux comme la ficelle (rigidifiée grâce une résine) ou d’autres matières naturelles comme le rotin et l’osier.

Dévoiler tout en légèreté

Parce que le regard file au travers, ces luminaires dévoilent volontiers l’ampoule qu’ils contiennent, telle une cage contenant un oiseau. D’où l’importance que l’oiseau soit joli. Pas de vilaines lampes à économies d’énergie, donc, mais des ampoules à filament nouvelle génération, très déco, avec un petit air vintage que l’on adore, ou bien une multitude de petites ampoules LEDs, discrètement scintillantes. Contenant et contenu forment un tout très poétique, doux et aérien, qui n’envahit pas l’espace mais, au contraire, sublime la pièce. Ces lampes mises en cage font appel à l’imaginaire, titillent la corde nostalgique de l’enfance et remplissent à merveille leur rôle décoratif. C’est pour cela qu’on les aime !

Polyvalence des luminaires

De par leur structure, les luminaires mis en cage trouvent leur place un peu partout. Une boule peut être suspendue au plafond ou posée sur le sol. Une forme graphique ira aussi bien posée sur un pied qu’accrochée au-dessus de la table. On voit aussi se développer une nouvelle version des lampes de chantier, – grillagée- à accrocher où bon nous semble, dedans ou dehors, en fonction des besoins.

Plus naturels, les luminaires façon cage en osier s’offrent généralement des formes plus joufflues voire régressives. Pour autant, elles s’accordent bien d’un intérieur épuré, auquel elles apportent une touche de chaleur sans trop en faire.

La lampe cage la plus tendance

Pour être au top de la tendance, on choisit son luminaire en fil de métal cuivré, la couleur tendance de l’année et qui ne semble pas vouloir s’essouffler. Côté silhouette, on opte pour la forme diamant, avec un simulacre de facettes particulièrement léger et facile à accorder tellement le résultat est discret. On l’aime avec du bois (le cuivre est harmonieux avec toutes les teintes d’essences), avec du cuir ou avec des textiles clairs comme foncés. Mais on choisit ces derniers plutôt unis pour continuer de surfer sur la vague de la pureté et de la légèreté.

LE BON SHOPPING

Suspension – Keria – 159€

Suspension chrome – Keria – 60€

Lampe bambou – Keria – 95€

bathurst

Suspension Bathurst – Achatdesign – 49€

Suspension – Laurie Lumière – 75€

Lampe tweed – Laurie Lumière – 59€

 

Publié le