Le verre de Murano pour des lampes d’exception

Par Blog Laurie Lumière
Applique en Verre de Murano

La tradition du verre de Murano est l’un des plus beaux héritages artistiques de Venise. L’art du verre se développe à Venise vers le 10e siècle et prend rapidement de l’importance. Il perdure depuis plusieurs siècles pour être encore aujourd’hui synonyme d’excellence.

 

 

Le verre de Murano, une existence séculaire

La première référence à une activité de verrerie à Venise se trouve sur un document datant de 982. En 1291 : le transfert de l’ensemble des ateliers de verrerie de Venise sur l’Ile de Murano est ordonné en raison de la pollution constituée par les fumées des fours et le risque d’incendie. Au XVème siècle, les maîtres verriers vénitiens diversifient leurs techniques et inventent des verres inédits : colorés, blancs laiteux, piquetés d’or ou d’une transparence inégalée… En 1605, les verriers de Murano réussissent à colorer les cristaux, sans en altérer la transparence.
Plus de quatre siècles plus tard, ce savoir-faire unique est encore vivant.

Le verre de Murano, un savoir faire unique

Le verre de Murano est réalisé par la fusion du « mélange vitrifiable », c’est-à-dire, des matières premières, contenu dans un creuset réfractaire placé à l’intérieur d’un four où la température peut atteindre 1400 °C. C’est un verre sodo-calcique qui peut être fabriqué ailleurs qu’à Murano. Ce sont donc plutôt les techniques de fabrication et le savoir faire des maîtres verriers hérités depuis plusieurs générations qui signent un authentique verre de Murano.
Il existe plusieurs types de verres et produits caractéristiques de Murano : la « venturina » ou « stellaria », le « sommerso », » millefiori » en baguettes, « murrines », les « conteria » ou fines perles. Les véritables  lampes réalisées avec du verre de Murano sont donc des objets d’exception et uniques fruits de techniques qui incarnent la virtuosité des maîtres verriers.

Publié le