La servante de jardin ou le lampadaire nomade

Par Blog Laurie Lumière
La servante de Jardin, M. Bernard et Y.Cassagne

A l’occasion de la dernière édition du salon Jardins Jardin, le 4ème concours de l’Innovation récompense La servante de jardin, un lampadaire nomade signé Manuel Bernard et Yves Cassagne en lui offrant le prix Lumières parrainé par Philips.

 

 

 

 

Le nomadisme version lampadaire

Née de l’imagination d’un éclairagiste et d’un scénographe, le lampadaire baptisé La servante de jardin, fait référence à l’accessoire de théâtre du même nom. C’est-à-dire une lampe posée sur un haut pied qui reste allumée quand le théâtre est plongé dans le noir entre deux représentations, telle une veilleuse. Son principe est celui d’une baladeuse, un luminaire que l’on déplace à sa guise mais dans une version lampadaire. Alors que l’offre actuelle de luminaires extérieurs nomades propose plus souvent des modèles similaires à des objets lumineux en polyéthylène, ce lampadaire offre plutôt le visage d’un élégant luminaire contemporain d’intérieur avec les atouts d’une lampe d’extérieur.
La Servante de jardin s’éclaire grâce à un led. Etanche, autoportant, mobile, ses qualités lui permettent d’être installée très librement à proximité d’un salon outdoor ou même au milieu du jardin. Un véritable lampadaire – nomade!

Un éclairage fonctionnel plus que décoratif

A la différence d’un objet lumineux d’extérieur qui délivre le plus souvent un éclairage d’ambiance décoratif, ce lampadaire d’extérieur possède à l’extérieur les mêmes atouts qu’un lampadaire intérieur : à savoir un éclairage directionnel. Il peut donc facilement servir de liseuse ou venir compléter l’éclairage d’un dîner. Le socle de ce lampadaire n’est autre qu’une batterie rechargeable lui offrant stabilité et garantissant une autonomie non négligeable de 7 heures.

Publié le