La luminothérapie, un bonus bien être

Par Blog Laurie Lumière
Simulateur d'aube ©lampe-de-luminotherapie.com

L’automne est arrivé,  accompagné de ses belles nuances dorées et orangées. Mais avec des journées qui raccourcissent et une lumière naturelle affaiblie, il existe un risque de symptômes appelés SAD, ou dépression hivernale (ou encore dysfonctionnement saisonnier). Pour lutter efficacement contre les effets de cette baisse d’ensoleillement et de luminosité, une solution : la luminothérapie !

 

 

 

 

La luminothérapie, kesako ?

C’est une technique pour lutter contre les troubles associés au changement saisonnier notamment à l’arrivée de l’automne : problèmes de sommeil, troubles de l’humeur, fatigue persistante. La solution ? Utiliser une source lumineuse artificielle spécifique. Son principe : mimer et reproduire une lumière proche de la lumière naturelle en offrant un spectre comparable à celui du soleil, c’est-à-dire en incluant des gammes d’ondes invisibles plus connues sous le nom d’ultraviolets (UVA et UVB) et d’infrarouges (IR) à faible dose, ayant de nombreux effets bénéfiques sur la santé : lutte contre le stress, la fatigue etc.

Comment bénéficier de la luminothérapie ?

En automne et en hiver, remplacez vos ampoules classiques par des ampoules dites plein spectre ou spectre complet. Une fois vos lampes munies de ces ampoules, placez-les où vous le souhaitez, car elles agissent quelque soit la distance. Attention, tout éclairage produisant une lumière forte ne convient pas à la luminothérapie. De même les ampoules dites lumière du jour n’apportent pas les mêmes bénéfices que les ampoules plein spectre.

Quelles précautions prendre ?

Certaines ampoules plein spectre bas de gamme sont nocives pour la santé car elles émettent un rayonnement trop puissant. A noter qu’il existe dans certains cas rares des contre-indications : problèmes oculaires, irritations cutanées ou insomnie en début de traitement.

Publié le