Intensité et couleur d’ampoule : le bon éclairage pour un salon

Par Blog Laurie Lumière
La bonne intensité d’éclairage pour lire dans un salon

A la nuit tombée, votre salon ressemble à une grotte ou au contraire à un hall d’aéroport ? C’est sûrement la conséquence d’un mauvais éclairage ! Insuffisant, mal réparti ou trop froid, un éclairage inapproprié « ruine » le décor le plus abouti.  Alors, pour obtenir un éclairage justement dosé et choisi, apprenez à maîtriser deux paramètres essentiels  : l’intensité et la couleur d’ampoule.

La juste température de couleur pour un éclairage cosy

Le salon est certainement l’espace de la maison le plus polyvalent, c’est donc une pièce complexe à éclairer. L’objectif premier est d’y créer une atmosphère chaleureuse. Pour y parvenir, la température de couleur délivrée par les ampoules choisies reste un élément très impactant. Premier conseil, utiliser un éclairage dit chaud pour l’éclairage général de la pièce, c’est-à-dire un luminaire avec une large diffusion, équipé d’une ampoule de 3500 kelvins maximum (au-dessus de cette température, on considère que la lumière délivrée est plus blanche et donc froide). Pour moduler la température de couleur, les abat-jour et diffuseurs jouent évidemment un rôle central. Par exemple une suspension cloche avec un intérieur doré délivrera une lumière très chaleureuse. Second conseil : il faut coupler cet éclairage général avec des lampes plus fonctionnelles comme les liseuses, près d’un canapé ou d’un fauteuil par exemple, car le confort prime dans cette pièce. Dans ce cas, il vaut mieux utiliser des ampoules plus froides pour un éclairage directionnel efficace.

Un éclairement minimum requis dans le salon

L’ambiance peut tourner à la déprime dans un salon trop faiblement éclairé ou devenir agressive dans une pièce baignée de lumière. Tout cela est affaire de dosage ! On considère qu’un salon correctement éclairé bénéficie d’un éclairement de 300 lux environ. On peut alors y mener les activités d’usage tout en bénéficiant d’une ambiance intimiste. La lecture, par exemple, nécessite un éclairement minimum de 150 lux. Pour renforcer le côté convivial, l’éclairage général du salon ne doit pas être trop fort : préférez donc les éclairages indirects moins agressifs. Le variateur est un vrai « plus » pour moduler l’intensité lumineuse selon vos envies et le type d’ambiance souhaitée.

Un éclairage bien dosé selon les zones

Autre conseil, l’éclairement doit être bien réparti dans la pièce pour éviter les zones d’ombres. L’erreur serait en effet de concentrer ces 300 lux dans un seul luminaire ! Il est donc impératif de multiplier les sources d’éclairage. Optez pour des éclairages plus intenses car ponctuels et directs grâce aux lampes et aux lampadaires. Ils sont un complément nécessaire à l’éclairage général et offrent un confort visuel optimal, notamment dans les zones d’activités périphériques, autour du canapé, de la bibliothèque ou d’un bureau. Enfin, n’oubliez pas que l’éclairage décoratif participe grandement à l’ambiance d’une pièce Aussi, les zones d’intérêt doivent être éclairées plus intensément -3 à 5 fois plus-, au moyen de lampes plus ciblées. Utilisez pour cela des spots directionnels délivrant une lumière plus concentrée pour valoriser de beaux objets.

Publié le