L’éclairage, un enjeu du Grenelle de l’Environnement

Par Blog Laurie Lumière

© Syndicat de l'éclairage

6 milliards de kWh, c’est la consommation annuelle estimée pour l’éclairage des immeubles de bureaux ! C’est 50% de la facture électrique dans le tertiaire contre 11% dans le résidentiel ! Et quand on sait que 1kWh économisé, c’est 100 g de CO2 en moins, on comprend mieux pourquoi l’éclairage est un enjeu majeur du développement durable. C’est pourquoi, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Ecologie annonçait, le 16 décembre dernier, plusieurs actions mettant au premier plan l’éclairage comme outil de performance énergétique.

 

 

L’éclairage dans le tertiaire, cible clé du Grenelle

Un constat : l’éclairage non résidentiel représente un gisement d’économies important et sous-exploité. Plus de 80 % des installations d’éclairage de bureaux et plus de 40 % des installations d’éclairage public sont composées de lampes et luminaires énergivores et obsolètes. On estime que 50 à 70 % de réduction de consommations d’énergie de l’éclairage sont possibles en rénovant les installations d’éclairage vétustes. L’objectif est de réduire les consommations d’énergie de l’éclairage dans le secteur tertiaire au moyen d’un éclairage intelligent

Mesure « éclairage intérieur » : un éclairage intelligent au service du secteur tertiaire

Dès le 1er trimestre 2012, le ministère propose de lancer une mise à l’étude de l’obligation d’abaisser ou d’éteindre l’éclairage des bâtiments non résidentiels en cas d’inoccupation.

La notion d’éclairage intelligent apparaît enfin : on évalue la performance énergétique d’une installation à travers l’énergie qu’elle consomme (kWh) et non plus à travers la puissance installée (W). Une  rénovation de l’éclairage tertiaire offrirait une économie globale de 7,50 € par m² et par an (il y a 183 millions de m² de bureaux en France) !

Mesure « éclairage extérieur » : une subvention pour la rénovation

Une subvention de l’ADEME de 20 millions d’euros est prévue afin d’accélérer la rénovation de l’éclairage public. Elle est destinée aux 31 900 communes de moins de 2 000 habitants. Cela permettra également de réduire la pointe d’électricité tout en allégeant la facture d’énergie des communes concernées (l’éclairage public et la signalisation représentent 47 % de la consommation électrique et 20 % de la facture énergétique globale des communes), et de réduire les nuisances lumineuses. Autres solutions mises en avant pour atteindre les objectifs de réduction des consommations : l’extinction aux heures « creuses » et/ou la gradation de l’éclairage.

> Plus d’infos sur www.syndicat-eclairage.com

Publié le