Actu déco : l’agenda du 1er au 15 juillet 2016

L’été arrive et votre agenda s’allège ? Profitez-en pour flâner au musée et découvrir les expositions phares de la première quinzaine de juillet.
Par La Rédac'
Affiche Rencontre d'Arles 2016 Toilet Paper Maurizio Cattelan
Bright Rays exposition Fabien Capello

DESIGN // Et la lumière fut !

Du 28 avril au 25 juillet au Musée des Art décoratifs et du design, Bordeaux

Dans le cadre des jeudis du design, le MADD expose les œuvres de Fabien Cappello, designer français basé à Londres. Installées au sein de la collection permanente, ses lampes offrent un jeu de couleurs induit par des variations de lumière. Des œuvres lumineuses en somme, à découvrir au sein même de la collection permanente du musée. A vous donc de trouver ces lampes hors pair qui éclairent deux salles du musée ! Un indice ? Elles se distinguent par leur élégance moderne, fruit d’une réflexion sur la transparence. Exemple : « Bright Rays », une série de 6 luminaires en verre trempé et métal perforé, jouant sur les reflets et les ombres portées par la lumière. En bonus, l’expo se clôture par une conférence ouverte à tous, en présence du designer.

ART DECO // L’univers poétique de J. de Rohan Chabot

Du 13 avril au 17 juillet au Musée des Avelines de Saint Cloud

Voici des chaises qui sortent de l’ordinaire ! Exposées au Musée des Avelines de Saint Cloud, elles campent une « forêt rêvée », imaginée par l’artiste Joy de Rohan Chabot. Sculptées et peintes à la main (en fer, acier, bois, verre ou aluminium), elles s’inspirent directement de la nature. Ainsi, les branches et les feuilles des arbres semblent tissées pour former une assise sur laquelle viennent se poser papillons et oiseaux en tout genre. Du mobilier singulier et poétique, réalisé à partir de plaques d’acier découpées au laser. On y trouve aussi des miroirs, paravents et autres objets décoratifs savamment mis en scène. L’occasion de s’évader le temps d’une expo dans une forêt enchantée.

Chaises feuilles Joy de Rohan Chabot
exposition impression 3D usine du futur

DESIGN // La révolution en 3D

Du 1er avril au 9 juillet au Lieu du design, Paris

Cet été, faites la révolution ! Pas besoin de battre les pavés, il suffit d’aller voir l’exposition « Impression 3D – l’usine du futur ». Avec une part de marché de 2,7 milliards d’euros et une croissance de 30% par an, l’impression 3D n’est plus un procédé en marge. Cette technologie de pointe visant à créer des objets et prototypes en petites séries séduit les créateurs et entreprises mondiales. Découvrez 70 objets conçus en impression 3D et exposés au Lieu du design. Une chaise, une paire de lunettes, un cadre de vélo, ou encore un sac à main, tout semble réalisable par la « fabrication additive », procédé de fabrication par couches successives, par ordinateur ou impression 3D. Les plus curieux seront ravis d’apprendre que le Centre Pompidou prévoit une expo en 2017 dédiée à l’impression 3D (côté art et design). Vous n’avez fini d’entendre parler de ce mode de production révolutionnaire !

ART // Le précurseur de l’art moderne

Du 20 avril au 18 juillet 2016 au Grand Palais, Paris

Le nom d’Amadeo de Souza Cardoso ne vous dit rien ? C’est normal, c’est le grand oublié de l’histoire de l’art ! La France consacre une rétrospective, dévoilant les 300 œuvres (dont 200 peintures) réalisées en quelques années (il décède à 30 ans de la grippe espagnole). Son style ? Indéfinissable ! Son œuvre ? Inclassable ! Impressionniste, cubiste, futuriste, influencé par les estampes japonaises et le Douanier Rousseau, sa peinture englobe tous les courants artistiques pour mieux les dépasser. Précurseur de l’art moderne, il peint des natures vivantes, les paysages natals, les céramiques portugaises… Sa devise : l’éclectisme, servi par l’envie farouche de s’affranchir d’une quelconque école artistique. Une bonne occasion de découvrir le « secret le mieux gardé de l’art moderne » et l’admirable travail chromatique du peintre.

peinture Amadeo de Souza Cardoso
rencontre arles affiche 2016

PHOTOGRAPHIE // A la rencontre d’Arles

Du 4 juillet au 25 septembre à Arles

Début juillet, une foule immense d’artistes et de visiteurs investit Arles pour les célèbres rencontres de la Photographie. Durant la semaine d’ouverture (jusqu’au 10 juillet), la ville s’enflamme et s’émerveille devant une programmation pointue et internationale. Quel nous réserve cette 47e édition ? 39 expos, 137 artistes, 3500 œuvres, 48 curators (commissaires d’expos) et 8 nouveaux lieux. Impossible de s’ennuyer ! Hommage à son cofondateur Michel Tournier, la programmation se veut éclectique mais sans thème imposé. Retenons les événements majeurs : « l’Africa pop », dédiée aux artistes maliens émergents, le « Nollywood » (le Hollywood nigérian), la photo documentaire et la street photography, avec la rétrospective Sid Grossman, un dialogue entre Garry Winogrand et Ethan Levitas, sans oublier l’indétrônable William Klein, le pape (88 ans) de la photographie de rue. Un programme qui s’étoffe et s’agrandit jusqu’à Marseille, Avignon et Nîmes. En guest star, Maurizio Cattelan et son magazine Toilet Paper couvrent l’affiche du festival (en photo), le ton est donné ! Célèbre pour ses sculptures trash, l’artiste italien (très côté sur le marché) avait déjà fait sensation au dernier Maison et Objet pour ses tables basses chez Seletti. Les frontières ente l’art et la déco s’estompent, les affinités se créent et les programmes se renforcent, au plus grand plaisir des visiteurs !

JARDIN // Penser l’avenir au jardin

Du 21 avril au 2 novembre au Domaine de Chaumont-sur-Loire

Venez fêter les 25 ans du Festival international des jardins ! Un événement incontournable, une « odyssée végétale », où de nombreux créateurs imaginent les jardins de demain. L’avenir, c’est justement le thème de cette nouvelle édition, intitulée « jardins du siècle à venir », balayant ainsi les enjeux environnementaux et écologiques liés au jardin. Une nouvelle génération d’artistes présenteront leur création, telle « Le refuge immergé », « Le champ des possibles », « Le cinquième rêve »… Des noms qui font autant rêver que questionner. Seront également présents des pointures du milieu et d’autres domaines, le Festival ayant déjà invité des architectes (Shigeru Ban), designers (Patrick Jouin), plasticiens (Ernesto Neto) et artistes (Benjamin Millepied, Bob Wilson etc…).

festival international des jardins

exposition michel mortier

DESIGN // Hommage à Michel Mortier

Du 3 juin au 16 juillet à la Galerie Pascal Cuisinier, Paris

Designer et architecte français, Michel Mortier reste peu connu du grand public. Décédé l’an dernier, il fut pourtant un pionner du designer moderne et de la création d’après-guerre. La galerie Pascal Cuisinier, spécialisée dans le design historique français – qui a précédemment exposé les œuvres de Pierre Paulin – lui rend hommage. Une vingtaine d’objets cultes sont présentés, dont les sièges pour Teckel, le fauteuil « Triennal » et la chaise « Hexagone » pour Steiner, ainsi que des luminaires pour Disderot et Verre Lumières. A l’époque, Michel Mortier veut créer un design accessible à tous, une idée révolutionnaire ! Il imagine du mobilier modulable, avec une cuisine dans le prolongement du salon, une chambre d’enfants dont les différents espaces sont signifiés par des aplats de couleur… Son style, moderne, sobre et épuré, se distingue par son travail du bois et sa vision d’architecte. Premier directeur de l’association Arhec (aménagement rationnel de l’habitation et des collectivités) et fondateur de l’Atelier de la Recherche Plastique (ARP), il brilla par la modernité de ses créations et se tourna à la fin de sa vie vers son amour premier, la peinture.

Publié le